Conseil financement de l’innovation : Comment financer l’innovation de son entreprise ?

Toutes les entreprises mettent en place des stratégies d’innovation, certaines le font même sans le savoir. Pourquoi ? Parce que la définition de l’innovation au sein d’une entreprise reste une définition assez vague, beaucoup sont d’accords pour dire que c’est un concept mis en place dans le but de donner davantage de valeur à l’entreprise et à lui créer une place toujours plus importante sur le marché. Comment se fait le financement de l’innovation ? Quelles sont les options qui s’offrent aux entrepreneurs ? La rédaction vous a préparé l’article qui répond à toutes vos questions.

Quels sont les moyens pour le financement de l’innovation ?

Fini le temps ou les endettements bancaires étaient LA solution pour financer son innovation. En 2018, les entrepreneurs français préfèrent se tourner vers d’autres méthodes, ce qu’on appelle le financement alternatif. Et le principal acteur n’est d’autre que l’état lui-même. Les dispositifs de soutien à l’innovation sont en croissance constante, et parmi les meilleures alternatives mises en place par l’état, nous citerons :

  • Les incitations fiscales : Cela représente plus de 74% de ce que l’état dépense en 2015 pour le soutien de l’innovation. Prenons comme exemple typique, le crédit impôt innovation : Pour en bénéficier, les PME doivent d’abord effectuer des dépenses pour l’innovation, comme par exemple sur le matériel, des pilotes de nouveaux produits etc.. Le montant du crédit est de 20% des dépenses, avec une limite de 400 milles euros par an.
  • Les subventions : Un peu moins de 20% de la somme attribuée en 2015, La bourse French Tech est un bon exemple : Ce financement est attribué aux petites entreprises jeunes de moins d’un an, ou de celles qui sont en cours de création. Il offre un crédit allant jusqu’à 70% des dépenses faites pour l’innovation. La limite fixée par la loi est de 30 milles euros, voir 45 milles dans certains cas bien précis.
  • La participation : Une très bonne alternative, et nous prendrons comme exemple dans ce cas-ci le dispositif FSN PME ou les fonds d’ambitions numériques. L’investissement est très important et va de 1 à 10 millions d’euros pour le soutien de la croissance des PME en pleine innovation et développement. Le FSN investit dans certains secteurs plus que d’autre, et les domaines préférés sont principalement la robotique, les objets intelligents, les logiciels, les systèmes, et la cybersécurité

Pourquoi ne pas tenter les prêts ?

Les prêts mis à disposition par l’état pour l’innovation, et plus précisément le prêt participatif d’amorçage sont réservés aux petites entreprises de généralement moins de cinq ans. Sous conditions, ce prêt accorde entre 50 milles et 300 milles euros. Remboursable en 8 ans.

Autres articles proches :